Ma tenue fétiche, c’est du design.

Mesdames, Messieurs, Bonjour,
Au risque de vous paraître trop girly, je vais vous parler de ma tenue vestimentaire fétiche. Il ne faut pas se mentir : même le plus négligé des négligés a une conscience aiguë de son « négligé ». Le moche, même voulu, résulte d’une prise de décision.

La personne qui manque de goût ou qui se fiche pas mal du bon goût manifeste un goût. Qu’elle le veuille ou non.

Le Patrick Chirac de camping, ce film qui fait rire beaucoup de français, assume un style particulier : slip moulant bleu fluorescent, sandalettes et un débardeur rose qui proclame « Dog, Hot Dog » . Ces vêtements, choisis sans doute indépendamment les uns des autres, sont tous les fruits d’une réflexion. Peut être pense-t-il allier humour et décontraction.

Si se vêtir est un moyen de communication, alors les « fautes de gouts » présumées de Patrick Chirac appartiennent au registre de l’échange. Tout dépendra de qui recevra sa communication vestimentaire. Si, moi, je peux trouver cet ensemble pour le moins raté. Si, moi, je peux trouver « Dog, hot dog » disgracieux, cela m’engage autant que lui. Je veux dire que le terme de mauvais goût qualifiera ma relation avec son apparence vestimentaire… et sa coupe de cheveux, éventuellement. Ainsi, cette relation n’a pas, à mes yeux, plus de valeur que celle que pourrait nouer une autre fille qui le trouverait fun et décontracté.

Revenons à nos moutons : ma tenue préférée.

Je considère la notion de tenue préférée relative. Les critères esthétiques – les plus importants – sont pour moi : élégance, sobriété, simplicité avec une touche d’originalité. Mais ces critères sont relativisés par deux facteurs plus nébuleux :

1) Le temps, c’est à dire : cette tenue est-elle récente ? Si oui, elle jouira d’une vertu euphorisante que n’aurait pas une tenue plus ancienne, même plus élégante.

2) Mon humeur, ce facteur si difficilement contrôlable. Cette tenue, ce jour là, dira quelque chose de moi, pour moi, que j’aurais peut-être peine à exprimer avec des mots.

Le design n’est-il pas, au fond, une recherche d’émancipation / adéquation universelle avec ses deux facteurs ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :